Bullet Journal

    Liste de films interminable dans mon bullet

    liste films

    J’aime les collections. J’aime cocher des cases et me dire « ça c’est fait ». Alors quand j’ai trouvé l’idée sur Pinterest de créer des listes de films à voir. J’ai immédiatement su que c’était exactement ce qu’il me fallait.

    Trois catégories

    J’ai trois catégories de films, toutes trois tiennent sur une double page. Je me suis pas trop mal débrouillée. Ces trois catégories correspondent à trois entreprises de films d’animations : Disney, Pixar et Ghibli. Chacune à sa couleur et je trouve ça esthétiquement plutôt jolie.

    Pour Disney j’ai du faire deux colonnes sur une page dédiée. En effet, Disney est celui qui a sorti le plus de films d’animations, il lui fallait donc plus de place que les autres. C’est également la catégorie où j’ai vu le plus de films.

    Le nom des films est écrit en anglais ce qui peut être surprenant. J’ai décidé d’établir cette liste lors de mon séjour de 9 mois en Angleterre, c’est pourquoi elle est anglais. J’essayais de limiter d’écrire en français et de le faire le plus possible en anglais. C’est tout de même intéressant de connaître les noms des films en Anglais. Il y a de quoi se poser des questions sur certains, je pense surtout à Moana (anglais) et Vaiana (français). Je ne comprends pas l’interêt de l’avoir changer mais il y en a forcément un.

    Un seul regret

    Je n’ai qu’un regret, ne pas les avoir écrit dans l’ordre chronologique de leur sortie. Alors je les visionne dans l’ordre que je veux et selon mes envies. Mais si je retente de créer une liste de films, livres, je le ferais avec un ordre chronologique.

    Bullet Journal

    Ma to-do list de l’été

    todothumb

    Oui je sais en Août et je parle de to-do list de l’été. Sachez que l’été ne s’arrête à la fin du mois mais en septembre ! Alors on a encore pas mal de temps pour accomplir de belles choses 🙂

    Summertime

    Pour l’été et pour être sûre de ne pas farniente pendant deux mois, je me suis créée une to-do list. Pas très grande et pas bien spécifique. Mais elle me permet de me fixer des objectifs à atteindre avant fin septembre. Le problème c’est qu’il faudrait que je découpe ces tâches avec des sous-tâches. Cela me permettrait de voir que j’avance et de ne pas me démoraliser. Avez-vous déjà pensé à ce mode de fonctionnement ? Vous l’utilisez peut-être déjà ?

    J’ai crée un système de tâches avec des sous tâches pour le blog. Par exemple, je me suis fixée un objectif de 4 articles en ligne pour commencer. J’ai donc ma première tâche : 4 articles, que je découpe avec les titres des articles. En dessous, j’ai créée un tableau avec : article, texte, photos. Je re-note le titre de mon article et lorsque le texte ou les photos sont faits, je coche. Cela me permet de voir ce qu’il me reste à faire.

    Mes tâches

    Concernant ce que j’aimerais arriver à faire cet été, en premier lieu apprendre à jouer du ukulélé. J’ai fais l’acquisition d’un ukulélé début juillet. Malheureusement à part les cours de musique du collège, je n’ai jamais pratiqué d’instrument. Je suis consciente qu’un mois et demi je ne jouerai pas parfaitement. J’aimerais surtout connaître les accords, voir apprendre une chanson.

    Créer un portfolio. En effet dernièrement j’effectue quelques travaux pour des amis. Je me suis dis que ça pourrait être pas mal de regrouper toutes mes créations à un seul et même endroit.

    Lire plus, cela tombe sous le sens. Je n’ai jamais été une grande lectrice mais je me rends compte que la lecture est un bon moyen d’apprendre, de voyager et est une activité relaxante. En ce moment, je lis « Mémé dans les orties » d’Aurélie Valognes dont j’ai entendu parler par mon amie Gladys qui lisait une autre de ses oeuvres.

    Apprendre

    Ma priorité de l’été semble d’apprendre. Une amie m’a dit : « tu ne gâches pas ton temps si tu apprends ». J’essaye de suivre ce conseil et d’apprendre. Oui j’ai cette peur du temps qui passe et de ne rien en faire. Mon plus gros problème est que je suis la reine de la procrastination. Le fait d’avoir un bullet journal m’aide beaucoup à moins procrastiner. J’aime voir mes cases cochées. Je sais également à lui trouver une utilité pour apprendre toujours plus et mieux.

    Minimalisme

    Commencer à réduire ou déclutter

    liseuse

    Le minimalisme, c’est un concept que j’ai connu en regardant un documentaire sur Netflix. D’ailleurs je vous invite à jeter un oeil, même si vous n’êtes pas dans cette optique, il reste très bien réalisé. Le documentaire se nomme : « Minimalism : a documentaire about the important things ». Vous apprendrez que le mot déclutter signifie le fait d’enlever ce qui encombre.

    Le minimalisme est-il fait pour moi ?

    Je ne peux pas répondre pour vous mais moi j’en avais besoin, rien qu’un petit peu.

    J’ai toujours eu un côté bordélique et ça ne me dérangeait pas. Mon plus gros problème était que je dépensais beaucoup et dans des choses dont je me servais à peine, bienvenue dans le monde du capitalisme. Le minimalisme m’a fait comprendre que je n’ai pas besoin d’accumuler des possessions matérielles pour être heureuse. J’ai vraiment eu un électrochoc en regardant le documentaire. J’ai compris qu’une vie faite de choses simples et pas en grande quantité était possible. Depuis, quasiment rien ne traîne et j’évite les choses inutiles. Le minimalisme m’a permis d’être plus organisée et de me contenter de peu.

    Commencer à déclutter

    Lorsque l’on entre dans une démarche minimaliste on commence par l’étape de la réduction. On trie. Vêtements, ustensiles de cuisine, maquillage, outils, objets que l’on garde au cas où. C’est difficile et en même temps très gratifiant, voir vos armoires et autres rangements se vider procure une sensation de légèreté et de renouveau. Pour ma part j’ai commencé par les livres. Je n’en achète plus, du moins en version papier. Je lis seulement sur ma tablette avec des versions numériques. Le principe est le même concernant les CD, DVD : on numérise tout.
    Au niveau de la vaisselle, je me contente du nécessaire et j’évite d’avoir deux fois le même objet encombrant, exemple avec des spatules similaires ou casseroles de la même taille.

    tablette

    Le plus dur

    Pour moi, le plus dur pour moi ce sont les vêtements, le maquillage et les chaussures. J’ai déjà fait un grand tri et je suis sûre qu’au fil des années mes acquisitions vont encore se réduire mais pour l’instant c’est un détail épineux. J’ai actuellement 7 paires de chaussures, 4 jeans et encore beaucoup trop de t-shirts.

    Je ne cherche le minimalisme extrême, je veux juste pouvoir me contenter de peu. Sachant que je vis en couple je ne peux pas non plus imposé cette façon de vivre. Mais je suis contente que ce concept m’est aidé à me rendre compte que j’achetais beaucoup trop et utilisais trop peu.

    Lifestyle

    1 semaine sans viande ni poisson

    De la semaine du 24 au 31 juillet, je me suis lancée dans un défi personnel, ne pas manger de viande ni de poisson.

    Pourquoi j’ai voulu arrêter la viande ?

    J’y pensais depuis déjà un moment. J’y ai d’abord pensé très fort quand j’ai eu le malheur de regarder un documentaire sur la fabrication du jambon. Et finalement mon choix s’est avéré définitif lorsque j’ai regardé le film Okja sur Netflix. J’ai d’abord cru que je ne tiendrais pas. J’ai, depuis toujours, mangé de la viande. Mon père est chasseur, il pêche également. Je pense avoir manger dans ma vie tous les types de viande : cheval, canard, lapin etc. N’allons pas dans les extrêmes, je n’ai jamais mangé de chat ou de chien, faut pas déconner. Bref, je pensais craquer. Il s’est avéré que pas du tout en qu’en plus ça ne me manque pas le moins du monde.

    La tentation du restaurant

    Pendant ma semaine de « découverte du végétarisme », je suis allée au restaurant. Bon, c’était un fast food de croque monsieur. Habituellement j’aurais pris le fameux jambon fromage. Cette fois-ci, motivée à réussir mon défi, j’ai pris sans viande avec de l’aubergine, du pesto de tomate et de la mozza. Je mange très rarement de l’aubergine. J’ai pris conscience qu’avec ce nouveau mode de vie j’allais découvrir des saveurs et ça m’a encore plus motivé. Je suis quelqu’un qui d’habitude ne prend pas de risque, je prends ce que je connais. Mais étant donné que les plats végétariens sont moins abondants que ceux avec de la viande, ça m’oblige à prendre. J’ai également été confronté à une invitation à dîner chez des amis. J’ai expliqué mon défi, ils ont été compréhensifs et ne m’ont pas proposé de viande lors du repas.

    La suite

    Ma semaine est finie mais je continue. La viande ne me manque absolument pas. De bonnes alternatives sont disponibles en magasin afin de remplir mon assiette comme des galettes de quinoa que j’ai hâte de tester. Je me sens très bien. Il faut tout de même me renseigner sur ce régime alimentaire afin de savoir si il faut manger des aliments en particulier pour compenser le manque de protéine et de fer venant de la viande. Je pense être partie pour un défi sur du très long terme.