Lifestyle

    Un mois de végétarisme

    noisette

    Il y a quelques semaines je vous parlais de ma première semaine sans viande ni poisson, à l’heure où j’écris cet article cela fait un mois que je ne mange ni viande ni poisson.

    Ce qui est nouveau

    Comme je l’avais dit précédemment, ce nouveau mode alimentaire m’a permis de découvrir de nouvelles saveurs et de nouveaux aliments. Je suis devenue complètement fan de courgettes et d’aubergines. Même si je ne suis pas dans l’objectif de devenir vegan j’essaye de limite ma consommation de lait de vache en consommant plutôt du lait d’amande ou de noisette. J’ai découvert de délicieuses galettes au rayon bio qui accompagne mes plats, me permettant de remplacer plus facilement la viande.

    lait-noisette

    Le plus dur

    Je ne vis pas seule et mon compagnon consomme de la viande alors il m’arrive d’en cuisiner pour lui. C’est vraiment l’une des parties les plus dures de ce transfert. Je n’ai pas commencé le végétarisme parce que je n’aimais pas la viande mais parce que je ne voulais plus fermer les yeux sur les tortures animales. Alors, lorsque je cuisine de la viande, il m’arrive d’en avoir envie mais je me rappelle très vite pourquoi je fais ça et ça me passe.

    Le plus contraignant

    J’ai eu à affaire avec une invitation à une soirée barbecue. Heureusement chaque invité devait apporté quelque chose j’ai donc prévu qu’il y aurait une salade de pâtes et de chips. Je pense que le meilleur moyen reste de prévenir l’hôte. De toute façon il y a rarement seulement de la viande et les accompagnements me suffisent.

    Les restaurants restent un problème épineux pour moi. J’avais mes habitudes. J’adore le saumon alors quand vient le choix des sushis et makis c’est dur de résister. Là encore je n’ai qu’à me rappeler de pourquoi je fais ça. Enfin il y a les restaurants où il n’y a qu’un seul plat (ou même juste un accompagnement) végétarien.

     

    Il y a des hauts et des bas mais je crois en ce que je fais et je sais surtout pourquoi je le fais. Le végétarisme est un choix que j’ai fais en sachant ce à quoi je renonçais. Je continue malgré tout et participe à mon niveau au combat face à la maltraitance, torture et aux conditions de vie déplorables des animaux destinés à la consommation.

    Minimalisme

    Minimalisme : comment et pourquoi j’en suis arrivée là

    entreethumb

    A la base je voulais vous expliquer ce qu’est le minimalisme. Au final, en me renseignant pour aborder le sujet je suis tombée sur énormément d’explications et je me suis donc demandée : est-ce que ça vaut le coup d’avoir une dizaine de sujets identiques sur le web ?

    Surtout que je ne suis pas une spécialiste et je débute seulement mon voyage vers une vie plus simple. Ne vaut mieux t-il pas vous expliquer pourquoi et comment j’en suis arrivée là ? Ne serait-il pas mieux de vous raconter mon histoire au lieu de tenter de vous définir ce concept que je ne maîtrise pas totalement ?

    Comment je suis entrée dans le minimalisme

    Il faut d’abord savoir que j’ai été une grande consommatrice. Un parfait produit de la société capitaliste.

    J’hésitais rarement, je voulais quelque chose, je l’achetais. L’utilité qu’il aurait m’intéressait peu. Et cela pour tout : vêtements, décoration, loisirs, maquillage. Je me rappelle très bien de cette veste blazer blanche que je trouvais sublime, qui coutait 40€ et que je n’ai mise qu’une seule fois parce que finalement ça ne le faisait pas. Tout ce maquillage, tous ces rouge à lèvres alors que je n’en ai jamais mis de ma vie. Toute cette déco qui finalement reste dans un coin à attendre de trouver une place et qui n’en trouvera jamais. En y repensant, oui je faisais marcher l’économie mais mon porte monnaie en prenait un sacré coup à chaque fois que j’allais faire les magasins. Et bien-sûr repartir sans rien acheter n’était pas envisageable.

    2 déclics

    Parce que rien n’arrive par hasard, il se trouve que je suis un couple avec une personne qui elle ne dépense pas à tout va. On a eu du mal à comprendre nos différentes manières de consommer. Mais avec les années j’ai compris que la qualité vaut mieux que la quantité.

    Mon deuxième déclic, le documentaire Netflix « Minimalism ». L’histoire de deux personnes devenues minimalistes et comment ils répandent leurs idées à travers le monde. Livre, vidéo : tout est bon pour partager ces idéaux. Mais moi, c’est simplement en regardant une vidéo sur YouTube parlant de ce documentaire que je suis allée m’y intéresser. Au bout de 10min j’avais déjà envie de ranger, trier. C’est complètement fou l’effet qu’il a eu sur moi.

    minimalism

    Quelques liens pour vous éclairer

    C’est la décision que j’ai prise pour cet article et j’espère qu’elle vous plaira. Malgré tout, si vous souhaitez connaître l’histoire du minimalisme et obtenir une réelle définition, voici quelques liens pouvant vous éclairer :

    Le minimalisme, c’est quoi?

    https://une-vie-simple-et-zen.fr/qu-est-ce-que-le-minimalisme/

    Bullet Journal

    Wishlist déco dans mon bullet journal !

    wishlistdeco

    La décoration est un élément essentiel pour se sentir bien chez-soi. C’est dans cette optique que j’ai crée une wishlist de déco, afin d’emménager mon nouveau chez-moi comme j’en ai envie.

    Je déménage

    Je viens de déménager (enfin il y a déjà 3 semaines) et qui dit déménagement dit nouvelle déco, nouveaux achats, nouveau cocon. Et pour commencer, une wishlist déco dans mon bujo.

    J’avais déjà une idée de ce que je voulais comme déco. Des plantes, beaucoup de plantes, limite une jungle et du blanc. Oui ça fait très déco pinterest mais ça m’inspire tellement. Entourée de lumière et de nature, c’est comme ça que je me vois confortablement installer dans mon nouvel appartement. On ajoute à ça quelques petites touches personnelles comme une funko pop Groot et un poster Marvel et c’est top moumoute !

    Je commence juste ma wishlist et je me demande si je ne vais pas sous catégoriser (oui j’aime sous catégoriser tout ce que je fais, toujours plus). Par exemple, j’ai noté plantes mais j’aimerais décliner et préciser quels types de plantes je voudrais : succulentes, cactus, ficus etc. J’aimerais beaucoup un tableau en liège également, pour accrocher des cartes postales, des rappels de rendez-vous et que sais-je. Je trouve que le liège est une matière intéressante et je pense que clairement avec les plantes ça donnera encore un peu plus nature.

    wishlistdeco

    wishlist

     

    En manque d’inspiration

    Ma wishlist est carrément légère. C’est en partie parce que j’ai peur d’en faire trop. Je souhaite un intérieur très épuré malgré tout. Je ne veux pas me sentir étouffé avec trop de décoration. Un tapis, des bougies et je crois que le tour sera joué. Comment est votre intérieur ? Vous satisfait-il ? J’ai peur de ne jamais être satisfaite. L’important reste de se sentir bien et d’avoir un intérieur qui nous ressemble.

    Minimalisme

    Les objets et habitudes à éviter

    happy

    Lorsque l’on commence à déclutter, on se retrouve à trier, jeter mais il faut aussi faire attention à ce que l’on achète. Certains objets, certaines habitudes sont à minimiser ou éviter. Le minimalisme nous force à changer nos habitudes de consommation et cela au quotidien. Tout ce dont je vais parler dans cet article est à prendre en considération dans une quantité excessive.

    Les objets

    Tout ce que je vais vous dire va vous paraître logique mais il peut-être difficile de se séparer de certains objets.

    En tout premier, les magazines. Vous aussi vous gardez ces magazines parce que peut-être un jour vous voudrez les relire ? Sachez que ça n’arrive jamais. Lisez votre magazine mais ne le gardez pas par la suite. Au mieux, ne les achetait plus en papier mais en version numérique. Alors vous pouvez les garder aussi longtemps que vous souhaitez sans qu’ils vous encombre.

    De même pour les goodies, que vous pouvez trouver sûrement super cool sur le moment. Mais imaginez-vous dans un ou deux ans, utiliserez-vous toujours ces goodies ? Aimerez-vous toujours cette marque ? Sont-ils vraiment utiles à votre quotidien ?

    Vient ensuite le problème des échantillons gratuits. Le fait qu’ils soient gratuits, on pourrait se dire que ce n’est pas de la consommation. Comme vous voulez, malgré tout ces dizaines de petits tubes de produits accumulés vous perdez de la place et vous encombrez vos tiroirs.

    Les habitudes

    L’accumulation ou « acheter pour acheter » est, je pense, l’une des habitudes les plus néfastes. On se trouve vite submerger. On ne se rappelle même plus ce que l’on a acheté, alors on rachète pensant être à court. Le minimalisme vous aidera à vous y retrouver. En limitant vos possessions et en apprenant où est quoi, vous vous faciliterez la vie.

    Du coup, j’en viens à la deuxième habitude à limiter : laisser traîner. Il y a un principe dans le minimalisme qui dit « si ça me prend moins de 10min, je le fais tout de suite ». Ranger son manteau, nettoyer une poêle, descendre la poubelle. En accomplissant toutes ces actions dans l’instant, vous vous débarrassez dans l’instant d’une tâche qui ne vous fait pas envie et vous y voyez plus clair sur les tâches qu’il vous reste à accomplir. J’ai pu lire beaucoup de conseils afin d’éviter la procrastination. En premier lieu, si vous avez une to-do list, effectuez les tâches les plus pénibles en priorité. Plus vous avancerez dans votre to-do list, plus vous serez satisfait de ne plus avoir à faire ces tâches.

    Les exceptions à votre bien-être

    Tout ce que j’ai mentionné au dessus ne sont que des conseils, à appliquer ou non selon votre bon vouloir. Je voulais tout de même souligné encore une fois que je parle d’excès. Laisser traîner une chaussette ne fera pas de vous une personne désorganisée. De même si vous collectionnez des objets (j’en reviens aux goodies et magazines), ne vous privez pas ! Pour ma part j’aime un peu trop les plantes succulentes et les produits Marvel, cela ne veut pas dire que je ne vais jamais regretter mais ça me permet de vivre dans un endroit décoré à mon goût. N’ayez pas de regrets.