HeyColette
30 Août 2017

Aujourd’hui j’avais envie de vous partager des instagrams un peu très cool et minimalistes. Leurs feeds instagram sont très soignés et simples comme le veut la méthode minimaliste. N’hésitez pas à cliquer sur l’image afin d’accéder à l’instar voulu.

Maison

Pour commencer, voici le compte Instagram de TinyHouseMovement. Rien n’indique que c’est du minimalisme à première vue mais le fait de vivre dans une maison très petite est déjà une preuve que la possession matérielle ne sera pas votre plus grande priorité. En effet dans un espace restreint, chaque objet doit avoir son importance.


tinyhousemovement

Les MujiHouse, elles sont simples, lumineuses et rien ne les encombre.


mujihouse

 

Cet Instagram est un peu particulier, je l’ai classé dans le sous-titre maison mais il se concentre sur l’espace de travail. Avec différentes façons d’aménager son espace de travail mais toujours de manière simple et efficace.

 

minimalsetups

Et enfin, la chambre. Cela reste pour moi un espace non négligeable. Toutes ces chambres bien arrangées et avec tant d’espace, ça me donne envie de faire une sieste.

minimalbedrooms

 

Vie quotidienne

Dans cette catégorie, je vous propose des insta de tous les jours. Ils partagent leur vie au quotidien avec poésie et minimalisme. Certains sont adeptes de couleurs et d’autres un peu moins, mais ils ont tous du talent.

densschoof

thatsval

ma_eye

svlekl

Mode

ASmallWardrobe nous propose des défis un peu fou en matière de mode. Son dernier challenge ? 10 pièces 10 jours. En 10 jours elle ne doit porter que 10 pièces de son dressing.

asmallwardrobe

 

Grid

Celui-là j’avoue je ne savais pas trop où le mettre alors je lui ai crée une catégorie rien qu’à lui. Je trouve son insta particulièrement esthétique. Le fond sombre met en valeur les éléments de la photo.

minimalgrids

 

Ma sélection est terminée. Si vous connaissez d’autres comptes tout aussi visuellement intéressant je serais ravie de les connaître, n’hésitez pas à me laisser des liens en commentaires.

24 Août 2017

A la base je voulais vous expliquer ce qu’est le minimalisme. Au final, en me renseignant pour aborder le sujet je suis tombée sur énormément d’explications et je me suis donc demandée : est-ce que ça vaut le coup d’avoir une dizaine de sujets identiques sur le web ?

Surtout que je ne suis pas une spécialiste et je débute seulement mon voyage vers une vie plus simple. Ne vaut mieux t-il pas vous expliquer pourquoi et comment j’en suis arrivée là ? Ne serait-il pas mieux de vous raconter mon histoire au lieu de tenter de vous définir ce concept que je ne maîtrise pas totalement ?

Comment je suis entrée dans le minimalisme

Il faut d’abord savoir que j’ai été une grande consommatrice. Un parfait produit de la société capitaliste.

J’hésitais rarement, je voulais quelque chose, je l’achetais. L’utilité qu’il aurait m’intéressait peu. Et cela pour tout : vêtements, décoration, loisirs, maquillage. Je me rappelle très bien de cette veste blazer blanche que je trouvais sublime, qui coutait 40€ et que je n’ai mise qu’une seule fois parce que finalement ça ne le faisait pas. Tout ce maquillage, tous ces rouge à lèvres alors que je n’en ai jamais mis de ma vie. Toute cette déco qui finalement reste dans un coin à attendre de trouver une place et qui n’en trouvera jamais. En y repensant, oui je faisais marcher l’économie mais mon porte monnaie en prenait un sacré coup à chaque fois que j’allais faire les magasins. Et bien-sûr repartir sans rien acheter n’était pas envisageable.

2 déclics

Parce que rien n’arrive par hasard, il se trouve que je suis un couple avec une personne qui elle ne dépense pas à tout va. On a eu du mal à comprendre nos différentes manières de consommer. Mais avec les années j’ai compris que la qualité vaut mieux que la quantité.

Mon deuxième déclic, le documentaire Netflix « Minimalism ». L’histoire de deux personnes devenues minimalistes et comment ils répandent leurs idées à travers le monde. Livre, vidéo : tout est bon pour partager ces idéaux. Mais moi, c’est simplement en regardant une vidéo sur YouTube parlant de ce documentaire que je suis allée m’y intéresser. Au bout de 10min j’avais déjà envie de ranger, trier. C’est complètement fou l’effet qu’il a eu sur moi.

minimalism

Quelques liens pour vous éclairer

C’est la décision que j’ai prise pour cet article et j’espère qu’elle vous plaira. Malgré tout, si vous souhaitez connaître l’histoire du minimalisme et obtenir une réelle définition, voici quelques liens pouvant vous éclairer :

Le minimalisme, c’est quoi?

https://une-vie-simple-et-zen.fr/qu-est-ce-que-le-minimalisme/

10 Août 2017

Lorsque l’on commence à déclutter, on se retrouve à trier, jeter mais il faut aussi faire attention à ce que l’on achète. Certains objets, certaines habitudes sont à minimiser ou éviter. Le minimalisme nous force à changer nos habitudes de consommation et cela au quotidien. Tout ce dont je vais parler dans cet article est à prendre en considération dans une quantité excessive.

Les objets

Tout ce que je vais vous dire va vous paraître logique mais il peut-être difficile de se séparer de certains objets.

En tout premier, les magazines. Vous aussi vous gardez ces magazines parce que peut-être un jour vous voudrez les relire ? Sachez que ça n’arrive jamais. Lisez votre magazine mais ne le gardez pas par la suite. Au mieux, ne les achetait plus en papier mais en version numérique. Alors vous pouvez les garder aussi longtemps que vous souhaitez sans qu’ils vous encombre.

De même pour les goodies, que vous pouvez trouver sûrement super cool sur le moment. Mais imaginez-vous dans un ou deux ans, utiliserez-vous toujours ces goodies ? Aimerez-vous toujours cette marque ? Sont-ils vraiment utiles à votre quotidien ?

Vient ensuite le problème des échantillons gratuits. Le fait qu’ils soient gratuits, on pourrait se dire que ce n’est pas de la consommation. Comme vous voulez, malgré tout ces dizaines de petits tubes de produits accumulés vous perdez de la place et vous encombrez vos tiroirs.

Les habitudes

L’accumulation ou « acheter pour acheter » est, je pense, l’une des habitudes les plus néfastes. On se trouve vite submerger. On ne se rappelle même plus ce que l’on a acheté, alors on rachète pensant être à court. Le minimalisme vous aidera à vous y retrouver. En limitant vos possessions et en apprenant où est quoi, vous vous faciliterez la vie.

Du coup, j’en viens à la deuxième habitude à limiter : laisser traîner. Il y a un principe dans le minimalisme qui dit « si ça me prend moins de 10min, je le fais tout de suite ». Ranger son manteau, nettoyer une poêle, descendre la poubelle. En accomplissant toutes ces actions dans l’instant, vous vous débarrassez dans l’instant d’une tâche qui ne vous fait pas envie et vous y voyez plus clair sur les tâches qu’il vous reste à accomplir. J’ai pu lire beaucoup de conseils afin d’éviter la procrastination. En premier lieu, si vous avez une to-do list, effectuez les tâches les plus pénibles en priorité. Plus vous avancerez dans votre to-do list, plus vous serez satisfait de ne plus avoir à faire ces tâches.

Les exceptions à votre bien-être

Tout ce que j’ai mentionné au dessus ne sont que des conseils, à appliquer ou non selon votre bon vouloir. Je voulais tout de même souligné encore une fois que je parle d’excès. Laisser traîner une chaussette ne fera pas de vous une personne désorganisée. De même si vous collectionnez des objets (j’en reviens aux goodies et magazines), ne vous privez pas ! Pour ma part j’aime un peu trop les plantes succulentes et les produits Marvel, cela ne veut pas dire que je ne vais jamais regretter mais ça me permet de vivre dans un endroit décoré à mon goût. N’ayez pas de regrets.

1 Août 2017

Le minimalisme, c’est un concept que j’ai connu en regardant un documentaire sur Netflix. D’ailleurs je vous invite à jeter un oeil, même si vous n’êtes pas dans cette optique, il reste très bien réalisé. Le documentaire se nomme : « Minimalism : a documentaire about the important things ». Vous apprendrez que le mot déclutter signifie le fait d’enlever ce qui encombre.

Le minimalisme est-il fait pour moi ?

Je ne peux pas répondre pour vous mais moi j’en avais besoin, rien qu’un petit peu.

J’ai toujours eu un côté bordélique et ça ne me dérangeait pas. Mon plus gros problème était que je dépensais beaucoup et dans des choses dont je me servais à peine, bienvenue dans le monde du capitalisme. Le minimalisme m’a fait comprendre que je n’ai pas besoin d’accumuler des possessions matérielles pour être heureuse. J’ai vraiment eu un électrochoc en regardant le documentaire. J’ai compris qu’une vie faite de choses simples et pas en grande quantité était possible. Depuis, quasiment rien ne traîne et j’évite les choses inutiles. Le minimalisme m’a permis d’être plus organisée et de me contenter de peu.

Commencer à déclutter

Lorsque l’on entre dans une démarche minimaliste on commence par l’étape de la réduction. On trie. Vêtements, ustensiles de cuisine, maquillage, outils, objets que l’on garde au cas où. C’est difficile et en même temps très gratifiant, voir vos armoires et autres rangements se vider procure une sensation de légèreté et de renouveau. Pour ma part j’ai commencé par les livres. Je n’en achète plus, du moins en version papier. Je lis seulement sur ma tablette avec des versions numériques. Le principe est le même concernant les CD, DVD : on numérise tout.
Au niveau de la vaisselle, je me contente du nécessaire et j’évite d’avoir deux fois le même objet encombrant, exemple avec des spatules similaires ou casseroles de la même taille.

tablette

Le plus dur

Pour moi, le plus dur pour moi ce sont les vêtements, le maquillage et les chaussures. J’ai déjà fait un grand tri et je suis sûre qu’au fil des années mes acquisitions vont encore se réduire mais pour l’instant c’est un détail épineux. J’ai actuellement 7 paires de chaussures, 4 jeans et encore beaucoup trop de t-shirts.

Je ne cherche le minimalisme extrême, je veux juste pouvoir me contenter de peu. Sachant que je vis en couple je ne peux pas non plus imposé cette façon de vivre. Mais je suis contente que ce concept m’est aidé à me rendre compte que j’achetais beaucoup trop et utilisais trop peu.